Karine du blog Recette piémontaise, vous présentait le défi de défi cuisine.
Aujourd’hui, comme promis, la deuxième recette !

defi-dessert-aux-herbes.400x300Pour participer :
Il faut être blogueur, ou pas, et publier sur votre blog, ou envoyer à Stéphane (
stephane@recettes.de), une recette de dessert, composée d’une ou plusieurs herbes aromatiques.

Tout vous expliqué, ici : http://recettes.de/defi-dessert-aux-herbes

Ingrédients :

  • fraises
  • herbes aromatiques, ici : basilic, ciboulette et menthe
  • sirop de safran

Préparation :

96663065Rien de plus simple que cette recette, où tout est dit dans le titre, ou presque.

1) hacher menu les herbes et les mettre, chacune, dans un saladier, différent.

2) les recouvrir de sirop de safran et les mettre au frais au minimum une heure.

3) laver, équeuter et couper les fraises. Les mettre dans le sirop et servir frais.

Pour le sirop de safran, vous pouvez, comme moi, le faire vous même à partir de filaments de bonne qualité ou en acheter.
Dans les deux cas, la boutique d’Harmony vous attend : http://safran-provence.eu/

Pour cette recette, voici ce que je vous propose :

Cerdon

Aujourd’hui pour faire un accord autour des recettes de Karine, il est important de noté que le sirop est dosé subtilement  en safran qui ne prendra pas le dessus sur le goût des fraises et des plantes aromatiques.  En accord pour rester dans le thème piémontais du blog de Karine, je propose un Brachetto d’Acqui méthode ancestrale en rouge du Piémont. On peut également partir sur un Cerdon, d’une bulle de Gamay du Beaujolais ou un « Pet’nat » rouge (gamay, grolleau…) de Loire. Ce sont des vins qui proposent des notes de fraises, framboises, cerises, avec des notes mentholés, une légère sucrosité pour adoucir les notes de safranés, une belle fraicheur et une bulle fine pour apporter un peu de pep’s à l’accord.

La méthode ancestrale consiste à démarrer une fermentation alcoolique en cuve, puis de mettre en bouteille. Le jus va continuer de fermenter dans la bouteille, une fois saturé en gaz, la fermentation s’arrête. On obtient une méthode ancestrale qui titre entre 6° et 8° d’alcool, qui contient + ou – de sucre résiduel, cela dépend de la densité de sucre du raisin à la vendange. Les méthodes ancestrales les plus connu sont la Clairette de Die, Blanquette de Limoux ou encore le Moscato d’Asti. Pour obtenir une couleur rouge, il y aura une macération pelliculaire c’est-à-dire le jus au contact des peaux qui vont libérer de la couleur. Pour le Brachetto, la fermentation se passe à 100% en cuve autoclave (cuve supportant la pression et permettant de vinifier un vin effervescent).

Il est important de prendre des méthodes ancestrales rouge, pas trop douce et qui garde une belle fraîcheur.

Geoffroy Gamba