Pour changer un peu des articles sur les dégustations, je souhaite partager avec vous mes derniers coups de cœur au restaurant. Je ne suis pas critique gastronomique c’est pour cela que vous ne trouverais pas de notation et les articles clairement orienté sur les bons moments passés à table ces derniers mois.

——————————————-

Pour commencer, Le Vinivore à Nice où officie le talentueux chef Chun Wong, une cuisine d’interprétation personnelle (feeling avec les produits) et gastronomique autour de produits de qualités. La sélection des vins réalisés par Bonaventure Blankstein qui fait la part belle au vin nature, bio et biodynamique s’adapte parfaitement à la cuisine du chef. Le restaurant s’enrichie de la présence de Pierre en salle et de Yannick en sommellerie. Bonaventure officie également côté bar à vin, la grande nouveauté de l’établissement.

Œuf parfait,poêlée de champignons,crème d'ail et jus fane.

Côté repas une carte bistrot le midi, j’ai pu y déguster en entrée les gnocchis maison huile de citron et légumes de saisons, le tartare de bœuf au couteau ou encore la coupe de fraises/framboises. Le soir, une carte et un menu dégustation dans un esprit gastronomique. Chun a réalisé dernièrement un menu tout Champignon avec l’accord mets et vins compris.

Ombrine grillée,fenouille déglacer à l'huile d'olive citrino,poêlée de girolles,crèmes de choux fleur et de wasabi.

——————————————-

Toujours sur Nice, La Mise au Verre, bar à vins de la Part des Anges. En cuisine Eric Cherval assisté de Brice, nous offre une cuisine de bistrot. Charcuterie de qualité, le bocal de pâté maison et des entrées qui varie selon l’inspiration du chef. En plat on retrouve l’incontournable côte de bœuf et sa sauce béarnaise maison, un poisson issus de la pèche du jour et des plats qui suivent les saisons. Pour les desserts l’indétrônable baba au rhum maison, le petit pot au citron de menton…

Mignon de cochon, pomme de terre grenaille et roquette

Tout cela dans une ambiance bistrot, un mobilier en douelle de chêne, une sélection des vins réalisé par l’incontournable Olivier Labarde propriétaire de l’établissement et de la Part des Anges. Sélection principalement accès autour de vins bio et nature, on peut ainsi retrouver les vins du Domaine Dard et Ribo, le BGO du Domaine Geantet-Pansiot, le Pom’N’Roll du Château Gombaude-Guillot…François Chassaignon, ex-sommelier des Bacchanales viens désormais renforcer l’équipe, et apporter sa touche personnelle sur la sélection des vins et le service.

——————————————-

Restons sur la région, à la Turbie on retrouve également l’incontournable café de la fontaine, second restaurant du Chef Bruno Cirino (Hostellerie Jérome). Le Chef doublement étoilé nous propose là une cuisine traditionnelle et de terroir, autour des produits du marché. On retrouve parmi les spécialités, l’osso buco, le lapin à la niçoise ou encore le poisson de la pèche du jour. Madame Cirino nous proposer là une carte des vins très abordable, des vins de toutes régions voir même des vins italiens.

Faisons un petit détour par la Cave de l’Hostellerie Jérome, qui est pour moi un trésor, Madame Cirino a construit au fil des années une cave qui regroupe les plus Grands Crus de chaque région qui côtoie des appellations plus confidentielle. Ce qui devient rare une vraie politique de mise en vieillissement des vins afin de proposer à la clientèle des vins prêt à boire.

Revenons à nos moutons, le café de la fontaine offre aussi un service agréable et souriant emmené par Yann le responsable de la salle, qui n’hésitera pas à vous conseiller sur d’excellent accord mets et vins.

——————————————-

Dernier restaurant en date, La Table de Saint Crescent de Lionel Giraud, jeune chef qui n’as pas fini de faire parler de lui. J’y ai fait étape un midi en compagnie de Daniel Le Conte Des Floris vigneron sur Pezenas. Souhaitant manger léger pour le déjeuner, ont opta pour la formule menu affaire. Le menu était composé d’une mise en bouche autour du haddock et du potiron, d’une crème de lotte et lard Colonata, foie de veau, purée et d’un jus à la moutarde à l’ancienne et d’un vacherin glacé fraise de plein champ.

Foie de veau, purée maison et jus à la moutarde.

Je dois avouer que je ne raffole pas de la lotte et encore moins du foie de veau, le chef a su sublimé ces aliments, une cuisine précise sur les cuissons, créative autour d’association parfaitement réalisé et du dressage des plats. Ce fût un vrai moment de bonheur, Mickaël le sommelier nous a proposé une formule accord mets et vins parfaitement adapté à la cuisine du chef. Sans doute une table, ou je referais escale rapidement pour découvrir le reste de la carte du Chef.

Vacherin glacé, fraise de plein champ.

——————————————-

Je termine l’article par un chef que j’adore, Christophe Dufau du restaurant les Bacchanales à Vence. Le chef nous propose dans son restaurant une cuisine gastronomique autour de produit locaux, de saison, il y met beaucoup de cœur et un grain de folie. Une cuisine inventive, parfois inspiré de la cuisine moléculaire, il cherche toujours la quête de l’excellence du goût. Les assiettes dressées tel des œuvres d’art, pour une explosion de saveurs servies par l’équipe en cuisine.

Encornet, crème de citron.

Le chef m’a réconcilié avec certains produit de la mer tel le poulpe et l’encornet, son dessert autour de la rose de Vence, de la betterave et du chocolat, grand moment de gastronomie. La carte des vins est réalisée par François Chassaignon, qui s’oriente sur les vins en culture bio, biodynamique et nature.

Rose de Vence, Betterave Rouge, crème brulée et Chocolat.

Geoffroy Gamba