Domaine Henri Milan
185169_3934798727387_2125616486_n

Historique :

En 1988, Henri devient officiellement vigneron avec comme volonté de produire le meilleur vin possible en adoptant des règles de production biologiques. Henri rencontre deux personnes en 1996 qui vont lui permettre d’atteindre un niveau supérieur dans la compréhension de son métier. Il s’agit de Claude Bourguignon célèbre chercheur en agro-biologie des sols, et d’un des vignerons les plus géniaux de sa génération : Claude Courtois. Ces 2 rencontres lui permettent de réaliser enfin ses intuitions premières.

554546_3934826848090_315418156_n

L’année 2000 marque le 1er millésime produit et mis en bouteille sans ajout de SO2, le domaine sort volontairement de l’A.O.C Baux de Provence en 2007. Tous les vins sont alors produits en Vin de Table, et à partir de 2009, en Vin de France. De 2007 à 2011, sortie des nouveaux Sans Soufre Ajouté rouge avec l’étiquette du papillon, et une nouvelle vinification. Les millésimes 2000 et 2010 ayant été produits avec une technique de vinification différente.

En 2009 le 1er millésime blanc Sans Soufre Ajouté est produit, et arrachage de la parcelle du Clos Milan, replantée en 2011. L’année suivante, 1ère vinification de la Cuvée « Le Jardin » , et 2ème Millésime pour la Cuvée « La Carrée » qui signe un premier millésime sans souffre. Suite à la volonté de son fils Théophile, et de l’une de ses Filles Emmanuelle, Henri en 2011 décide de finir de planter l’ensemble de la propriété en plus du clos. Il axe ses nouvelles plantations en augmentant la proportion de cépages blancs.

Parcelle domaine Milan

Les vendanges (100% manuelle) ont débuté le 3 septembre 2012, sous une température agréable et un ciel couvert, on a commencé par les muscats du Grand Blanc. Les raisins étaient à parfaite maturité cependant les quelques petites pluies des matins précédent avaient déclenché sur certaines grappes quelques foyers de pourriture. Le trie a été fait à la vigne, par les coupeurs. Les muscats ont donné des jus remarquables par leur équilibre, cépages très aromatiques également avec un degré potentiel de 12.5 et de très bon PH. L’après-midi sous quelques passages de pluie fine et l’air frais on a ramassé les chardonnays de cette même parcelle, de jolies grappes dorées, un peu de trie également. Les jus étaient équilibré le sucre, degré potentiel 13, étant contre balancé par de belles acidités, le chardonnay fut assemblé et vinifié avec le muscat, le Grand Blanc 2012 était en train de naître.

Le deuxième jour, Nous avons fini les chardonnays de la parcelle de la veille pour un résultat similaire. Puis on s’est dirigé vers la parcelle nommée « le Fichu », se trouvant sous « la Carrée ». Le temps était au soleil et il faisait plus chaud que la veille. La parcelle étant plantée en Grenache Blanc, puis Roussane et Vermentino. Le résultat a été au rendez-vous, de très beau Grenache blanc, au baie croquante, qui en découlé un jus sucré et une belle fraîcheur étonnant pour du grenache. La Roussane aux grappes plus petites, des peaux plus épaisses est déjà très aromatique en bouche. Enfin nous finissons après le déjeuner par les Vermentino. Les cépages ont été pressés et vinifiés ensemble donnant un jus très aromatiques et un superbe équilibre ainsi qu’un PH qu’on voit sur des vignobles plus septentrionaux. Un millésime qui s’annonce magique avec une baisse de rendement mais avec un état sanitaire excellent, de belles maturités, des jus équilibrés qui permettant une vinification sans soufre.

Le troisième jour nous sommes partis sur la parcelle d’Eyragues, le travail a commencé par les Grenaches blanc, très jolie mais des grappes et des baies beaucoup plus petites qu’au Fichu et un trie à la vigne nécessaire. La matinée fraîche a permis de préserver les raisins. L’après-midi sous une chaleur bien plus présente on a commencé les Syrah avec un état sanitaire parfait. De très jolies raisins aux peaux épaisses, des pépins croquant et mur, une belle sucrosité toujours contre balancé par une belle acidité la marque des terroirs d’Henri. Les syrah ont été foulées légèrement et envoyées en cuve sans éraflage et sans soufre.

424753_4448149240304_2096038605_n

Le 4ème Jour, le travail a commencé le matin au frais par la parcelle des « Gitans », plantée en syrah. De belles grappes avec un peu de trie à la vigne. Puis la petite parcelle d’alicante, petite grappe, petite baie confite. Enfin la pointe de « Dario » avec les vieux grenaches rouges, de belle grappe, baie croquante au jus équilibré et petit rendement.

L’après-midi, nous avons fini par les Syrah de « Dario », de belle grappe saine, des baies à la peau épaisse, au grain croquant et salin et les grenaches de la grande terre.

Le 5ème jour, on a terminé la parcelle de Vieux Grenaches entamée la veille, la météo toujours clémente nous dirige toujours vers un millésime exceptionnel. Le Sans Soufre Rouge 2012 et Le Vallon commence à prendre forme, les différentes parcelles de rouge ramassées ces deux derniers jours sont vinifiées dans la même cuve, non éraflée et Levure indigène. Fermentation alcoolique rapide, 4 jours, décuvage a 1040 en densité et pressurage léger. Un vin sur le fruit, qui prend des arômes de mûres, de poivres et de réglisse. Les vins d’Henri se traduise par des vins qui ont une belles structures mais tout en dentelle, finesse et longueur en bouche sont au rendez-vous.

Grenache de Vaillon

Merlot du Jardin

Le sixième jour Henri a décidé de vendanger la parcelle le Jardin contenant ces superbes Merlots arrivés a parfaite maturité. Sous un beau soleil, avec une légère humidité à l’aube. Dégustant les baies avec ma hotte sur le dos, je n’ai pas pu m’empêcher de prendre des notes sur la dégustation des baies tant cela m’as surpris. Des baies croquantes, peaux épaisses, juteuse avec une belle densité en sucre (14degré potentiel) et une belle acidité. Des pépins mûrs et croquant, une salinité des baies en bouche. Les rafles étaient mûrs, une vendange homogène, le terroir a argile bleu n’est pas étrangers à une tel expression qui n’est pas commun aux Merlots du Sud de la France. Des peaux tellement épaisses qu’au décuvage on s’apercevait que le fouloir avais peu éclaté de grains. L’après-midi, nous avons vendangé les Syrah du Jardin pour effectuer une saigné pour le rosé 2012.

427952_4443817532014_1925516230_n

Le Septième jour, rendez-vous au « Vallon » sous un temps maussade, une parcelle de grenache rouge, la dégustation des baies étaient assez proche des Merlots. Rendement normal, état sanitaire parfait. Les cuvées prennent forme le grand blanc vendangé sur les 2 premiers jours, Le Jardin et les différentes parcelles rouges qui composerons le papillon rouge et le Vallon.

Après plusieurs jours de réflexion Henri a décidé qu’il était temps de vendanger « la Carrée » qui était arrivé à maturité parfaite, la patience d’Henri a été payante, de magnifiques Roussanes dorées, aromatiques et équilibrées promettent un millésime 2012 magnifique tant la matière et l’équilibre sont au rendez-vous. La journée s’est terminé par les Mourvèdre du « Mas » et les Grenache de « Dario ».

303268_4470489118787_352894307_n

Les vendanges ont duré une douzaine de jours avec quelques arrêts, dût au manque de maturité de certaines parcelles, un millésime exceptionnel dût à la météo mais aussi au talent d’Henri Milan qui a su interpréter son terroir pour faire les bons choix sur les jours de vendanges de chaque parcelle.

On retrouve des blancs tendus et charnu, avec une belle matière et une longueur en bouche exceptionnel. Et des rouges aux tanins fins et soyeux, de la matière, aromatique, équilibré et long en bouche. Pour l’élevage du Jardin, au vu de la structure du vin, il a été choisi d’effectuer un élevage 100% bois neuf, on sent que depuis 2010 on monte en intensité sur cette cuvée, plus de matière, plus de couleur, avec le temps ces vignes d’une vingtaines d’années gagne en qualité et nul doute que c’est une cuvée à suivre. Ceci dit l’augmentation de l’intensité n’est absolument pas dû au vinification, vu que les décuvages sont fait a 1040 donc de courte macération. Pour la Carrée également, la structure de ce vin permet d’augmenter la proportion de bois neuf dans l’élevage, Jardin et Carrée sont assurément deux grands vins de garde mais sont très accessible dans la jeunesse.

198621_3934804127522_1356677428_n

Geoffroy Gamba